Mediathèque

Photothèque - Vidéothéque - Evénements - Echos - Annonces
 
     
 

« Retour à la liste des Annonces

L’école pour limiter l’exode

Ajouté le : 4 Février 2008 » Sous la catégorie Education

 

L’épouse du Président sénégalais, Viviane Wade, présidente de “Éducation et Santé”, a pris part au colloque de la Fondation BMCE sur “Education et développement en milieu rural: un défi pour le Maroc et le Sénégal”. “Votre choix de vous investir dans cette initiative me redonne de l'espoir car elle conforte un de mes vieux rêves. Quelques années après mon installation au Sénégal, je rêvais déjà d'un système éducatif plus adapté au monde rural du Sénégal que je voyais se vider en direction de la capitale, en quête de travail. Je rêvais d'une école qui fixerait les jeunes dans leurs terroirs, limiterait l'exode et leur permettrait de maîtriser leur environnement tout en le protégeant. Cette école permettrait également de répondre aux aspirations des jeunes qui auraient les capacités requises pour entreprendre des études plus poussées”. Invitée par la Fondation BMCE Bank Éducation & Environnement pour un collogue, le 9 avril 2001 à Casablanca, sur le thème “Éducation et développement en milieu rural: un défi pour le Maroc et le Sénégal”, la Première dame du Sénégal, présidente de l’association Éducation et Santé, Viviane Wade, a eu du mal à cacher son émotion, tant sont grandes les similitudes du contenu de son combat avec le projet de la BMCE Bank.

Prolongements

En effet, l’association que préside l’épouse du chef de l’État sénégalais axe son cheval de bataille sur la petite enfance, de zéro à six ans, à travers les Cases des tout-petits dont le prolongement est l’école communautaire rurale implantée dans tous les villages du Sénégal. Une volonté certes soutendue par une politique volontariste de l’État sénégalais de voir se développer une autre forme d’éducation, mais aussi l’engagement d’une dame pour un idéal social.

C’est à ce niveau-là que l’expérience de la Fondation BMCE dans le domaine de l’Éducation et l’Énvironnement intéresse à plus d’un titre Éducation et Santé, donc Mme Wade. Car pour le président de la BMCE Bank, Othman Benjelloun, le projet “Écoles communautaires est une initiative relevant des responsabilités sociales de toute entreprise citoyenne et de tout citoyen”. Donc un acte de mécénat.

Un acte qui dans l’esprit de M. Benjelloun n’est ni plus ni moins qu’une “volonté d’apporter une contribution tangible et subtentielle à l’effort national d’éducation, plus particulièrement à la lutte contre l’analphétisme en milieu rural”.
Depuis sa création en 1995, la Fondation BMCE s’est fixé deux missions: la préservation de l’environnement et la lutte contre l’analphabétisme. C’est dans le deuxième volet de cette mission que s’inscrit le projet dit Écoles communautaires ou Medersat.Com (lire medersatkoum ou votre école). C’est là tout le contenu du concept de la Fondation BMCE.

Défis

Si Medersat.Com participe à élever le niveau éducatif de la jeunesse des régions défavorisées du Maroc, venant modestement en aide à l’école publique qui a montré ses limites, elle relève aussi et surtout de la nouvelle orientation du gouvernement socialiste, en matière d’éducation en droite ligne avec la Convention de l’ONU, relative aux droits élémentaires de l’enfant: “apprendre à lire, à écrire et à compter”.

Le défi majeur que Éducation-Santé et la Fondation BMCE ont décidé de relever ensemble, à travers la signature d'un Protocole d'accord ayant conclu les travaux du colloque, confirme la vision de Mme Wade, selon laquelle “quand une personne se met à rêver, c'est un rêve. Quand plusieurs se mettent à rêver c'est le début de la réalité". La Fondation BMCE, en collaboration avec les autorités compétentes du pays, le PNUD, l’Université Paris V, des ONG, Éducation-Santé, le Forum Méditerranéen pour le développement, etc., se sont tous mis à rêver d’une école communautaire adaptée. Ce faisant, Viviane Wade accompagnée de la ministre sénagalaise de la Petite Enfance, Awa Guèye Kébé, sont reparties avec plus d’espoir de voir des passerelles posées entre le système éducatif classique existant et l’école rurale pour éviter de faire de cette dernière un ghetto.

Auteur : Bachir Thiam

Maroc Hebdo

 

Lisez dans la même catégorie

» LA FONDATION BMCE BANK CONCRETISE SON ACTION SUR LE TERRAIN POUR LE PARTENARIAT EN AFRIQUE

» LA FONDATION BMCE BANK SIGNE UNE CONVENTION DE PARTENARIAT AVEC L’AGENCE POUR LA PROMOTION ET LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL DES PROVINCES DE LA REGION ORIENTALE DU MAROC

» Nouvelle école rurale Medersat.com À Oulmès

» Un partenariat porteur pour favoriser un préscolaire accessible et durable

» An expanding partnership to encourage accessible and sustainable pre-schooling